Vous vous sentez concerné par la problématique des nuisances sonores à la Vallée de Joux ?

Alors n' hésitez pas à apposer votre témoignage sur notre site. Celui ci peut se faire manière anonyme si vous le désirez. Envoyez-nous simplement un mail (lien en haut à droite)

Votre soutien nous est précieux : vos nombreux témoignages étayeront le potentiel d influence sur les autorités politiques communales, cantonales et fédérales.

Il était une fois...

Témoignages

Un Art de Survivre

"Un Art de Vivre" maxime bien connue des Combiers....

... au fil du temps est devenue pour la période du printemps à l'automne "Un Art de Survivre" dans un enfer sonore.

Habitant à une quinzaine de mètres de la "grande route", je suis contraint de quitter mon domicile pour échapper à l'enfer sonore des beaux jours.

Un flux quasi continu de véhicule SUR-BRUYANTS défile, défile, défile du matin au soir.

Mais il faut fuir très loin : 

Sur notre Lac, ça ne suffit pas : je peux suivre le SUR-BRUIT de certains depuis leur départ du Pont presque jusqu'au Brassus, ce n'est pas tolérable aujourd'hui !

Je marchais aujourd'hui à la Têpe en dessus du Lieu : on les entends depuis la sortie du Lieu jusqu'au Sentier, ce n'est pas tolérable aujourd'hui !

 

Les Cols semblent transformés en circuits de grand-prix.

 

 

 

Nuisances un peu partout

Bonjour,

En signant d'abord la pétition "stop aux frimeurs bruyants", puis celle intitulée "Vallée de Joux - Non aux nuisances sonores du trafic", je suis tombée sur votre site "Collectif pour un trafic apaisé - Pied du Jura". Je viens ici vous témoigner mon soutien et soutenir votre démarche.

J'ai passé les premières 25 années de ma vie dans un village du pied du Jura (Premier), non directement collé à une des routes principales qui montent à la Vallée de Joux. La vie était douce et tranquille puisque nous dominions la plaine.

Depuis que je suis partie il y a 7 ans, mes parents, restés sur place, ne cessent de me dire que le trafic à augmenté et que désormais, des bandes de motards traversent le village bruyamment, surtout le weekend. Selon eux, probablement et uniquement pour profiter de la vue puisque Premier n'est pas le long de la route principale Croy-Vaulion-Pétra Félix.

Des amis habitants Mauborget m'ont fait part le weekend dernier de leur agacement et de leur crainte de la réouverture prochaine de la route directe Fontaines-Villars Burquin-Mauborget, puisqu'eux aussi sont envahis de cohortes de motards et autres véhicules bruyants (voitures de sport, quad, trike motorisés et j'en passe) de manière ininterrompue le week end et les jours fériés de beau temps. Ils sont à bout.

Quant à moi, j'habite désormais dans le Nord Vaudois à Prahins, le long de la très belle route Yverdon-Thierrens-Moudon et je constate le même problème... à une exception près: j'ai la chance de profiter des moteurs rugissants, des conduites dangereuses et des accélérations des véhicules sur-bruyants également en semaine, dès 17h30, à la sortie des bureaux. J'ai bien une route de contournement à environ 170m, mais depuis sa construction dans les années 80, le trafic a quadruplé, tout comme les importations de motocycles et les demandes de permis relatifs. Et croyez-moi, le son se propage jusqu'au village et pendant minimum une vingtaine de secondes par véhicule puisqu'on les entend dès qu'ils apparaissent après la montée de Donneloye et jusqu'à ce qu'ils filent derrière Chanéaz. C'est tout bonnement intenable.

Cerise sur le gâteau, ces fous du guidon s'agglutinent tous dans le même virage en descendant sur Moudon, bien évidemment là où la visibilité est à son minimum et filment leurs exploits avec différents engins volants tout aussi agaçants. Résultat: je suis passée à deux doigts de voir un drone s'écraser sur mon par-brise après m'être fait dépasser par une motocross à vive allure.

Au vu des différents témoignages que j'ai pu parcourir sur les sites des pétitions ainsi que sur celui de votre collectif, je me rends compte que la problématique est cantonale (si ce n'est pas nationale) et que le problème n'est pas seulement le bruit des motocycles mais aussi leur nombre. A l'heure actuelle et à l'aube des enjeux environnementaux qui nous attendent, il n'est pas envisageable que ce trafic bruyant et polluant de loisir continuent à ce rythme. Les égoïstes, sans égard, dont une poignée se permet de mettre en danger la vie d'autrui de surcroît doivent prendre conscience de leurs nuisances et être restreints dans leur liberté. En effet, par exemple il n'est pas normal que ces engins soient autorisés à rouler le dimanche alors qu'il n'est pas possible de tondre un bout de pelouse le jour du Seigneur.

Ainsi je vous remercie mille fois d'exister et soutien vos pétitions et initiatives. C'est avec ferveur et énergie que je souhaite m'engager au sein de votre collectif.

Bon courage à vous en vue du weekend ensoleillé et chaud qui nous attend en Suisse romande...

Feu Rouge

Je soutiens votre action contre le bruit du trafic à la Vallée.

Pour moi, la meilleure façon de faire respecter la vitesse, est le système du feu rouge réactif, qui s’enclenche si on dépasse
la vitesse, comme à Bois d’Amont, et aussi à Blonay.


Je ne sais pas si le bruit des motards serait beaucoup moins fort à une vitesse plus bas. C’est surtout leur nombre qui est agaçant
les weekends du beau temps. 


Je serais en faveur d’une vitesse maximale de 60 ou au moins 70, autour de la Vallée.


Le bout de route ( 1km) entre la sortie des Charbonnières et l’entrée au Pont est utilisé comme une piste de Formule 1 avec des dépassements effrayantes.

Une vie dans le bruit

Nous habitons un village depuis 1988 dans une maison située à l'intersection de plusieurs routes avec un giratoire et nous sommes obligés de nous exiler le WE pour avoir un peu de calme.
Des centaines de motos et voitures de sport passent devant notre maison durant les WE de beau temps .
La semaine, dès 6h30, c'est le ballet de voitures incessant du trafic des frontaliers et le commencement des travaux de construction d'un immeuble derrière chez nous. C'est invivable et sommes au bout de ce que nous pouvons supporter. Les journées au jardin deviennent source d'énervement à cause du bruit.
 
Merci à ce collectif d'exister.